A Paris, quand je marche dans la rue, les autres en voitures m’enervent.

A vélo, ce sont les autres à pieds, en moto ou en voitures qui m’enervent.

Et quand je suis en voiture ce sont les autres qui m’enervent.

En moto ce sont les voitures qui me font tomber et risquent de me tuer.

En hiver quand je suis à ski, ce sont les autres en snowboard contre qui je peste, ou bien l’inverse quand je suis en snowboard.

Quand je me sens juif je peste contre les autres, ou plutot contre ceux qui ne nous detestent.

Quand je me sens Français comme parfois à l’étranger je critique les étrangers, les autres, ceux qui ne sont pas Français.

Quand j’étais un garçon je pestais contre les autres, les filles. Et plus tard contre les gonzesses.

Quand je suis pauvre je dit que les riches devraient plus partager, et quand je suis riche je dis qu’on paye trop d’impots.

Quand j’étais mince je me critiquais les autres, les gros.

Les autres sont enervants, et pourtant les autres c’est toi, c’est moi.

Je devrais regarder l’autre dans le miroir et être plus tolérant et fraternel avec les autres.

Publicités