Extrait du magazine nexus de juillet 2013 :
Dossier au sujet du Citizen Hearing on disclosure, le groupe qui fait des auditions au congres américain pour rendre public les secrets sur les ovnis.

Interview de colonel Richard French : « ma profession : UFO debunker »

Membre du projet Blue book et témoin direct de plusieurs cas d’observation, l’ancien lieutenant-colonel de l’US Air Force Richard French raconte dans un témoignage savoureux la nature de son travail pour l’OSI dans les années 1950. Sa mission ? Démystifier les ovnis. A tout prix. « Pendant une période de douze annees , ma mission principale a été d’être un debunker.  » Toutes les explications plausibles pouvant convaincre le grand public et maintenir le secret étaient bonnes à prendre. L’explication favorite de l’ancien officier ? Les feux follets !
 » c’était ma ligne de conduite, et je faisais de mon mieux pour m’y tenir. ( rires )  »
L’ancien colonel de 83 ans se remémore ainsi avec malice  un cas d’ovnis survenu en Floride et pour lequel il avait été dépêché. « Pendant 3 semaines, ils sont apparus presque chaque soir. On était assis avec nos cocktails à la main, et ils arrivaient… Ce que c’était ? Des feux follets ! ( rires )  » Et l’ex-congressiste Lynn Woolsley d’ironiser :  » eh bien, apparemment colonel, vous avez fait du bon boulot …  »
Pour autant, l’ancien militaire le certifie aujourd’hui : il a bien été l’observateur direct d’engins non identifiés, comme ce jour de 1952, à Saint-Jean de Terre-Neuve (Canada). Dépêché sur place alors qu’il stationnait en Allemagne, il voit à son arrivée une centaine de personnes massées sur un quai. « L’eau était très claire, et a environ 15 mètres en dessous de la surface , on pouvait voir deux ovnis stationnés. » Au début, les deux engins en forme de disque et d’un diamètre de 5 mètres environ semblaient immobiles. Soudain , raconte le militaire retraité, l’un deux s’est mis en mouvement, remontant à la surface dans une gigantesque éclaboussure à une allure de 160 km/h environ, avant d’accélérer jusqu’à 3200 km/h environ, pour ensuite disparaitre complètement. Près d’une heure et demie plus tard, l’engin en question est réapparu et, ralentissant sa course, a pénétré les flots pour se replacer à coté de son jumeau. « Il semblait que des réparations étaient effectuées sur celui resté en attente dans l’eau.  » Quinze à vingt minutes plus tard, les deux ovnis sont remontés ensemble, ont accéléré, puis disparu comme l’engin précédemment échappé. Interrogé par le Huffington Post sur cet incident, Col. Richard French apportera quelques détails supplémentaires dans un article paru le 13 mai 2013. En plus des deux vaisseaux décrits dans son témoignage, French fait état de « deux êtres d’environ trois pieds, au teint clair, élancés, aux longs bras et possédant deux ou trois doigts« . Affairés sur le flanc inférieur d’un des deux engins, « le haut de leur crâne était beaucoup plus volumineux que la ligne inférieure de leur mâchoire. Leurs yeux étaient incurvés et l’on ne pouvait pas y distinguer de pupilles. »
« Pas besoin de dire que le rapport qui suivit fut fictif comme tous les autres, précise l’ancien officier. Je n’ai pas vraiment dit qu’il y avait des ovnis, j’ai dit qu’il y avait quelques chose que nous ne connaissions pas, un genre de véhicule étranger ou non identifiable. Pour faire simple : j’ai étouffé l’affaire. » une fois encore.

Quelques liens :
citizenhearing.org

huffpost.com

Publicités